Les églises et paroisses d’Amikuze et d’Ostibarret aux XIème et XIème siècles dans le cartulaire de Dax.

jeudi 16 juin 2016
popularité : 97%

La publication récente du cartulaire de la cathédrale de Dax (XIe et XIIe siècles) donne un éclairage nouveau sur l’histoire médiévale de la Basse-Navarre. Et le linguiste Jean-Baptiste Orpustan, un de nos contemporains, y a apporté une contribution fondamentale à la compréhension des appellations et toponymes basques. Ce Livre rouge de la Cathédrale de Dax, que l’on croyait définitivement perdu et qui a été récemment retrouvé, présente un intérêt exceptionnel pour l’histoire du diocèse de Dax aux XIe XIIe siècles. Ce recueil, rédigé au XIIe siècle et qui nous est parvenu dans son intégralité, réunit quelque 177 documents de nature et de sujet très divers : transfert du siège à l’intérieur des murs de la ville, organisation interne du chapitre, relations avec d’autres pouvoirs religieux ou civils, constitution du patrimoine par des donations, des arrangements ou des acquisitions, règlement de différends ou de conflits, dont certains très graves, comme celui qui opposa pendant des décennies les évêques de Dax et d’Oloron pour la possession de certains territoires. Mais le document le plus remarquable est sans doute la liste de 300 eglises, dont beaucoup disparues, mais ici réparties selon des itinéraires précis et donc facilement identifiables et localisables, qui constituaient ce vaste diocèse, des confins de la Gironde au pied des Pyrénées, et de l’Océan aux portes du Marsan. Ainsi le futur pays de Mixe et d’Ostibarret en faisait partie et constitua lors de la restauration du diocèse de Dax au XIIe siècle l’un des quatre archidiaconés. Axe de pénétration nord-sud vers les Pyrénées et l’Espagne, au confluent des chemins de Saint-Jacques dont le pèlerinage prend toute son importance au XIe et au XIIe siècles, l’archidiaconé de Mixe, au territoire exigu, présente une forte densité d’églises et de paroisses. Ce document rare offre un témoignage exceptionnel sur notre région. Il cite neuf églises aujourd’hui disparues et nous renseigne sur les modes de vie de cette époque. C’est aussi notre histoire locale et celle de ce moyen age que Bertrand Saint Macary, Président des Amis du Musée de Basse Navarre, présentera ce soir là au travers de ce livre et de ces paroisses disparues en partie.