LA STELE DISCOIDALE BASQUE, HIER ET AUJOURD’HUI.

jeudi 21 juillet 2016
popularité : 89%

L’association Lauburu intervient depuis 1974 pour sauver les stèles discoïdales du pays basque. En 40 ans d’activité pour inventorier et étudier ces stèles et les rites funéraires qui y sont liés dans notre pays, l’association Lauburu a rencontré plusieurs fois nos voisins landais ou béarnais qui possèdent des monuments identiques et qui travaillent eux aussi à les sauver de l’oubli.

Les stèles de la corhycollection de Sordes l’Abbaye et celles qui ont été inventoriées par les membres de la Société de Borda, on fini par titiller Claude Labat sur l’origine de ces monuments… que l’on trouve dans une bonne partie de l’Europe ! En effet, les Basques pensent que le grand nombre de stèles qu’ils possèdent semble indiquer que le berceau de cet art funéraire est chez eux. Or, il se pourrait que ce ne soit pas le cas.

Claude Labat ne propose pas une réponse définitive, il a seulement une autre hypothèse à partager avec le plus grand nombre pour que nous regardions ce patrimoine d’un autre œil. Celui d’hier et celui d’aujourd’hui qui se pérennise sous des formes plus modernes. Car, au-delà du secret des origines il y a la question tout aussi intéressante et toujours sans réponse de savoir quelles étaient les personnes qui utilisaient une stèle pour marquer leur sépulture. Et cela rejoint tout a fait par hasard d’autres recherches actuelles sur la société traditionnelle.

Les stèles nous réservent quelques surprises. Le débat reste ouvert. Et il se pourrait bien que les Amis du Musée de Saint-Palais soient à même d’apporter des avancées décisives ! En effet, le musée renferme des stèles particulièrement intéressantes ;

Claude Labat est écrivain, historien, et spécialiste de la mythologie basque et pyrénéenne. Membre fondateur de l’association Lauburu, il fait aussi maintenant partie du nouveau comité scientifique qui travaille sur la rénovation du musée de Basse Navarre et des Chemins de saint Jacques de Compostelle à Saint Palais.